Comment préparer ses fichiers pour un imprimeur (ou tout autre prestataire) ?

Par | Le 21 novembre 2011 | 8 commentaires | Dans la catégorie : Guides

Ça fait des années que je travaille sous Photoshop, pour faire des logos, des affiches, des sites ou tout simplement pour supprimer discrètement ceux qui me dérangent. Mais quand il s’agit d’imprimer une affiche ou faire broder des textiles, c’est une autre affaire.

Alors comment bien préparer ses fichiers pour pour éviter les allers/retours incessants fatals aux deadlines et s’assurer d’obtenir un résultat le plus fidèle possible ? Dans l’idéal, un logo doit être réalisé sous un logiciel spécifique comme Illustrator, mais on n’a pas nécessairement le temps d’en apprendre le fonctionnement, ou les créas ont peut être tout simplement déjà été réalisées sous Photoshop. Grâce à Services Etudiants, et en suivant les quelques conseils ci-dessous, vous devriez réussir à obtenir un résultat optimal pour vos impressions de flyers, d’affiches, broderies et autres productions nécessitant des créations graphiques.

Utiliser une résolution décente

La résolution, c’est ce qui peut expliquer que le logo qui rend pourtant super bien sur Photoshop soit flou quand on l’imprime, même sur un A4. Alors autant s’assurer dès que possible qu’on travaille bien dans une bonne résolution. A titre d’information, pour un affichage sur écran on travaille généralement en 72 pixels/pouce (ou dpi), et pour une impression de photo à 300 pixels/pouce. Mais en réalité, la résolution nécessaire dépend de la distance à partir de laquelle on regarde le support. Le tableau récapitulatif ci-dessous démontre bien l’importance de la résolution en fonction du type de support.

Distance et résolution

Distance et résolution

Pour une affiche 4×3 dans le métro, 76 pixels/pouce peut suffire, par contre si il s’agit d’un flyer à distribuer aux étudiants, on tournera plutôt autour de 300 pixels/pouce. Attention surtout aux impressions sur petit format ! Si une affiche est un peu floue, c’est dommage, mais si un flyer est illisible il est carrément bon à jeter à la poubelle. Alors pour être sûr de créer un fichier de travail dans une bonne résolution, ne pas oublier de vérifier qu’elle est suffisante pour sa destination.

Pour un flyer, c'est 300 pixels/pouce

Pour un flyer, c'est 300 pixels/pouce

Respecter les couleurs avec le format de codage CMJN

Lorsque l’on travaille sous Photoshop pour un rendu sur un écran, ou pour une impression simple sur les mauvaises imprimantes de l’école on travaille en général en RVB puisque c’est souvent le format de codage par défaut. Mais pour une impression, le format de codage à respecter est le CMJN. On peut voir la différence en basculant tout simplement de l’un à l’autre dans Photoshop :

CMJN/RVB

CMJN/RVB

Ça peut sembler minime à l’oeil nu, mais ça ne l’est pas pour une imprimante, et on a vite fait de se retrouver avec des couleurs fades, ce qui est plutôt dommage, surtout quand on a commandé 50 affiches A0 pour la campagne BDE. Pour éviter cet écueil :

  • Soit dans le meilleur des cas on sait avant de commencer que la créa est amenée à être imprimée, alors choisit dès la création du fichier le format CMJN
Création d'un fichier au format CMJN

Création d'un fichier au format CMJN

  • Soit on a été prévenu après coup ou on récupère un fichier Photoshop de quelqu’un d’autre, auquel cas on peut changer de format de code couleur en cours de route en espérant que ça ne va pas trop changer et appliquer les modifications nécessaires :
Changer de format de format d'épreuve

Changer de format de format d'épreuve

Voilà, on peut maintenant se dire qu’on est tranquille en ce qui concerne les couleurs. Il faut maintenant s’occuper de la netteté de mon image, surtout pour les textes afin d’éviter qu’ils soient flous et désagréables à lire.

S’assurer de la netteté du rendu avec les images vectorielles

La solution est de transmettre une image vectorielle. Mais qu’est ce que ça veut dire ? Et bien ça veut tout simplement dire qu’une image est composée de formes géométriques et nom de pixels juxtaposés. L’avantage d’avoir une image vectorielle est qu’elle peut être redimensionnée sans perdre en qualité.

On peut en effet parfois constater la différence en zoomant simplement sur l’image. Par exemple voici une image non vectorielle zoomée :

Image Non Vectorielle

Image Non Vectorielle

Et voici le résultat pour une même création enregistrée en tant qu’image vectorielle :

Image Vectorielle

Image Vectorielle

Ces deux exemples ont été réalisé à partir du même fichier Photoshop (*.psd), avant et après préparation pour un enregistrement vectoriel. Voilà pour le concept, maintenant, il faut s’assurer que le plus possibles d’éléments sur sa créa soient vectorisés, et en particulier les textes afin qu’ils ne soient pas flous, ou que les petits caractères soient bien lisibles (pour des flyers ou des cartes de visite par exemple).

Pour ce faire, c’est très simple il suffit sélectionner un  à un les calques que l’on veut vectoriser et de cliquer sur Convertir en objet dynamique :

Vectorisation d'un texte

Vectorisation d'un texte

Chaque calque de texte est maintenant une image vectorielle. Il ne manque plus qu’à enregistrer le fichier dans un format que l’imprimeur pourra lire.

Enregistrer dans un format reconnu par les prestataires

Bitmap, Jpg, Png, Psd.. Il existe une quantité incroyable de formats d’images, et si certains sont particulièrement indiqués pour la diffusion sur Internet, d’autres sont recommandés pour la transmission à vos fournisseurs. Certains ont des contraintes spécifiques, mais le plus simple consiste à les enregistrer dans un format prédéfini dans Photoshop, le format PDF/X-1a:2001 qui sera la plupart du temps accepté.

Pour ce faire, il suffit de cliquer sur Fichier > Enregistrer sous… puis de sélectionner comme type de fichier Photoshop PDF (*.PSD). S’ouvre alors la fenêtre suivante ou l’on n’a plus qu’à sélectionner le paramètre prédéfini PDF/X-1a:2001 :

Enregistrer le fichier en PDF vectoriel

Enregistrer le fichier en PDF vectoriel

On enregistre le fichier, et voilà, c’est fini !

Vous devriez maintenant y voir plus clair concernant le passage de votre création à l’exécution. Une fois vos fichiers prêts, vous n’avez plus qu’à les envoyer à nos prestataires de la catégorie Services Généraux qui personnaliseront vos objets, textiles ou imprimeront vos affiches et flyers dans les meilleures conditions ! Et si ce n’est pas vous qui êtes en charge des créas dans votre association, n’hésitez pas à envoyer aux responsables cet article, une petite piqûre de rappel ne faisant jamais de mal !

Si vous aimeriez en savoir plus sur ce sujet, ou aimeriez voir certains sujets traités dans nos pages, n’hésitez pas à nous en faire part à redaction@servicesetudiants.fr ou dans les commentaires ci-dessous.

A propos de l'auteur

Après des heures perdues à chercher des prestataires dans la jungle des moteurs de recherche et des annuaires généralistes, Pierre Alexandre a eu l'idée de créer Services Étudiants, pour faciliter la vie des membres d'associations étudiantes au quotidien.

Commentaires

  • Benoit Cappiello

    Bonjour Pierre,

    Très bon article, très pratique pour les associations, cependant petite remarque pour l’exportation au format Pdf, la manière la plus simple pour ne pas perdre en qualité et surtout pour obtenir un fichier de taille descente reste de fameux fichier>imprimer (ou ctrl+P) ;)

    • http://www.pierrealexandre.eu Pierre Alexandre

      Merci Benoît ! Effectivement il est possible d’enregistrer en PDF en natif selon les OS utilisés (fonction par défaut sous OSX mais via complément sous Windows il me semble) mais je ne suis pas certain que l’on dispose d’autant d’option, notamment en ce qui concerne la vectorisation. Je vais faire des tests et posterai une mise à jour dès que j’en saurai plus !

  • Hugues Villemain

    très bon rappel cet article merci!

    • http://www.pierrealexandre.eu Pierre Alexandre

      Merci à toi ! Si tu t’en sers pour une créa n’hésite pas à venir partager le résultat ici !

  • Honhil

    De nombreux imprimeurs refuseront des Pdf enregistrés comme vous le décrivez dans l’article. Ils sont souvent bien plus lourds que si vous passez par Illustrator.
    Je pense qu’Adobe devrait arrêter cette politique commerciale qui consiste à faire croire aux utilisateurs qu’ils ont besoin des deux logiciels.
    Vistaprint est capable d’imprimer des Jpeg RVB mais certains imprimeurs vous feront faire demi-tour si vous leur amener un PDF contenant une maquette au format jpeg et les calques aplatis (300Dpi).

    La solution consiste à supprimer des maquettes réalisées dans Photoshop tous les effets (ombres, etc). Après une sauvegarde en PSD ou en PDF, le fichier est prêt à être importé dans Illustrator. Replacez dans ce logiciel les effets et sauvegardez en PDF. Il est désormais prêt pour les imprimeurs récalcitrants.

  • Enrique Santamaria

    Bonjours, je rencontre un gros problème, pour être clair, un amis a fait
    un logo avec illustrator cc que je doit imprimé, un amis ma prêté son pc
    portable avec photoshop cc quand j’imprime je comprend pas, le noir est
    marron foncé et les couleurs son ternes. aidé moi s’il vous plait. Je
    vous remercie
    cordialement

  • Alireza

    Bonjour Pierre,
    je voudrais imprimer un ficher en grand format (50x207cm) PDF et je l’ai fait avec Photoshop.
    le ficher est très lourd puisque résolution est 300dpi et donc j’ai problème pour le enregistrer.
    Qu’est-ce que je dois faire ? réduire la taille ou résolution? pour avoir une bonne qualité d’impression.
    Merci à votre reponse

  • Nathalie Tricarico

    Cela aurait été bien d’ajouter un petit passage sur les bords perdus nécessaires aux imprimeurs :) surtout qu’avec Photoshop, ils sont moins évidents à intégrer qu’avec indesign et illustrator, il n’y a pas d’option avant la création du fichier et refaire un bord perdu sur un fichier déjà finalisé quelle galère…